Culture sans frontières

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Culture sans frontières

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

La culture n’est plus l’apanage des musées, des centres culturels ou des scènes nationales. Depuis quelques années déjà, l’accès à la culture se démocratise, pour le bien de tous. Une culture qui crée du lien, qui inclut, qui rassemble, qui soigne, qui ouvre d’autres horizons, en organisant la rencontre entre artistes et publics. Plusieurs initiatives se développent pour promouvoir la culture et la mettre à la portée du plus grand nombre, dans le cadre de thérapies, pour lutter contre l’exclusion ou encore pour éveiller la curiosité artistique de publics éloignés ou vulnérables. Petit tour d’horizon de cette culture sans frontières !

 

La culture, pour encourager l’expression artistique en prison

Amener la culture jusque dans le milieu carcéral, voilà l’ambition de l’association Art et Prison France qui favorise à la fois le développement de la pratique artistique des détenus – elle co-organise le concours international d’art réservé aux personnes détenues – et la sensibilisation des populations carcérales à la culture par le biais d’expositions ou d’échanges avec des artistes. Art et Prison France a aussi la volonté d’utiliser l’art comme liant entre milieu carcéral et monde extérieur pour poser un regard différent sur les personnes incarcérées et leur condition. Une façon d’utiliser la culture comme outil de réinsertion.

C’est également le parti pris du programme « Culture et justice » porté par la scène de musiques actuelles La Vapeur, qui organise depuis 2012 des ateliers et des formations autour de la pratique artistique musicale. La démarche de La Vapeur s’inscrit dans une collaboration avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Côte d’Or et propose aux détenus de se servir de l’art comme d’un levier pour rester ancré dans la société et y (re)trouver sa place. L’initiation à la musique, l’échange avec des artistes ou la création de mini-concerts font partie de la programmation.

L’association Wake up Café se consacre à la réinsertion des détenus en milieu carcéral et dans les premiers temps suivant leur sortie. Une partie de son approche est dédiée à l’art par et pour les détenus. Wake up Café intervient au sein de différents établissements pénitentiaires d’Ile-de-France et propose aux populations carcérales de travailler sur la confiance en soi, la créativité et la connexion au « dehors », notamment au travers d’ateliers de théâtre et de chant. La culture devient ici une arme contre l’exclusion et la récidive des personnes détenues.

 

La culture au service des plus fragiles  

La culture est aussi une langue qui se parle et se comprend quels que soient nos horizons ou nos différences. C’est pourquoi des associations comme Emmaüs Solidarité organisent tout au long de l’année des rendez-vous culturels accessibles à tous et notamment aux publics les plus démunis. Au cœur du Centre d’Hébergement d’Urgence Goncourt à Paris, Emmaüs Solidarité a installé le Transfo, un espace culturel qui accueille une programmation variée allant des cours de danse à la diffusion de films en passant par des soirées débat ou des ateliers de fabrication manuelle.

Cette approche artistique permet aux résidents du centre d’hébergement de se retrouver autour de moments de loisir et de détente, mais aussi de partager ces temps culturels avec d’autres publics, comme les habitants du quartier. La culture devient alors un rempart pour ces publics aux parcours parfois complexes et douloureux, une façon d’exister à nouveau, de se refaire une place dans la société.

Aux Ateliers Médicis, établissement public de coopération culturelle, ce sont les artistes qui s’installent en résidence là où on ne les trouve pas d’ordinaire. Le temps de l’été, l’établissement lance son festival Transat et permet à des centaines d’artistes d’investir des EHPAD, des centres d’hébergement, des centres de réinsertion professionnelle ou encore des maisons de jeunesse, et ce, sur tout le territoire.

Ce sont non seulement les publics fragilisés qui bénéficient de cette immersion artistique, mais également les populations de quartiers prioritaires ou de zones rurales, souvent trop loin des manifestations culturelles. Le festival Transat rend l’initiation artistique accessible à tous, hors des lieux de culture habituels et permet aux différents publics de découvrir des disciplines variées comme les arts plastiques, le chant, les arts de rue ou la musique.

 

La culture, un élément clé pour améliorer son bien-être 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le dit : la culture, c’est bon pour la santé. C’est en tout cas le résultat de son étude Quelles sont les bases factuelles sur le rôle des arts dans l’amélioration de la santé et du bien-être ? parue en 2019, et qui démontre que l’art joue un rôle clé dans l’accompagnement et la prise en charge des personnes malades, et dans la prévention des problèmes de santé. La culture et la pratique artistique sont ainsi de réelles thérapies pour les patients du champ de la santé mentale, pour les personnes en situation de handicap ou encore celles qui subissent de longues périodes de rétablissement en milieu hospitalier.

Autant de raisons qui poussent des acteurs comme l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace, une association qui accompagne les personnes en situation de handicap mental et leurs familles en région Grand Est, à se mobiliser. Avec plusieurs associations partenaires, l’Adapei Papillons Blancs d’Alsace propose à ses bénéficiaires d’utiliser la pratique culturelle comme vecteur d’éveil, de développement personnel, et au service de l’apprentissage et de la progression des capacités intellectuelles. Sous la forme d’ateliers ou de visites de lieux culturels, cette initiation artistique est souvent couplée avec une pratique sportive.

L’association Arts et Santé, La Manufacture, quant à elle, contribue à favoriser le développement de manifestations artistiques en milieu de santé, dans la région Ile-de-France. L’association joue notamment un rôle particulier dans l’orchestration du programme Culture et Santé, un dispositif culturel national, déployé au niveau local par l’Agence Régionale de Santé (ARS) et la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) d’Ile-de-France, visant à faire émerger une véritable politique culturelle au sein des établissements de santé. Des dizaines de projets qui répondent à cet objectif ont déjà vu le jour grâce au concours de l’association, à l’instar par exemple d’un projet de danse et de musique en hôpital de jour pour des enfants autistes, d’une formation à la lecture à voix haute pour les aides-soignants de l’hôpital Sainte-Périne, ou encore d’un projet autour de la création théâtrale au sein d’un centre d’accueil thérapeutique à temps partiel.

Dans le sud de la France, l’association Musique & Santé facilite l’accès à la musique vivante aux résidents d’établissements hospitaliers, avec l’ambition de réunir soignants, patients et familles grâce aux envolées lyriques. L’association permet à des musiciens professionnels de venir jouer, mais également d’animer des ateliers musicaux et des formations au sein de services de pédopsychiatrie, de néonatalogie ou encore de gérontologie. Ce travail permet de diminuer les sentiments d’isolement et de détresse que peuvent ressentir les patients et leurs familles d’une part, et d’autre part, cela apporte aux personnels soignants des moyens supplémentaires voire alternatifs d’accompagner les patients.

La culture est un intermédiaire. Elle offre la possibilité de rapprocher des publics variés, d’accompagner les différences, de s’extirper de chemins tout tracés, de refuser l’intolérance ou les situations d’exclusion. La culture est indispensable, capable de tout transcender. Elle l’a d’ailleurs prouvé une fois encore avec la crise sanitaire, durant laquelle plus que jamais et par tous les moyens, la culture a été une échappatoire pour des millions d’individus.

 


A travers ces Stories, Azickia vise à mettre en avant des initiatives à impact social, en France et dans le monde, et cela sans adhérer pour autant à toutes les opinions et actions mises en place par celles-ci. Il est et restera dans l’ADN d’Azickia de lutter contre toute forme de discrimination et de promouvoir l’égalité pour tous.

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Photo by Eddy Klaus on Unsplash

Découvrir plus d'articles

Tous les mois, un concentré d’optimisme et d’inspiration venu des quatre coins du monde dans votre inbox ! Ça vous dit ? C’est par ici …