FUTUR AU PRESENT

le projet

La Maison de l’Éducation (MDE), pour un accompagnement à la scolarité et au développement personnel de filles en situation de travail précoce
Lieu(x) d’impact : Sénégal, Ziguinchor (région de Casamance)
 

La Maison de l’Éducation (MDE) est un projet visant à lutter contre le travail précoce et la déscolarisation des filles âgées de 6 à 14 ans vivant dans le quartier populaire Kandé de Ziguinchor en Casamance. Issues de familles vulnérables, ces jeunes filles sortent généralement très tôt du système scolaire afin de travailler et contribuer aux revenus de leurs familles.

Pour rompre avec cette logique de reproduction des mécanismes de pauvreté et leur proposer un avenir plus prometteur, la Maison de l’Éducation assure, en liaison et en accord avec les familles : la scolarisation ou la rescolarisation à l’école publique avec une prise en charge de l’ensemble des frais, un soutien à la scolarité, un accompagnement psychosocial individuel et familial, ainsi que la participation à un certain nombre d’activités socioculturelles et sportives à même de contribuer à leur développement personnel et leur autonomisation (théâtre, cinéma, danse, yoga, expression orale, usages du numérique…). Un suivi sanitaire est également mis en place.

Dispositif complémentaire de l’école publique, l’équipe d’enseignants et travailleurs sociaux de la MDE accueille quotidiennement, sur les temps extrascolaires, 120 filles.

Défendant une approche globale de lutte contre la pauvreté et de protection de l’enfance, le projet MDE propose également un appui aux familles des filles accompagnées en termes de création d’activités génératrices de revenus et/ou d’amélioration, quand cela s’avère nécessaire, des conditions d’habitat (petites rénovations des lieux de vie, accès à l’électricité…). Par cette approche, le projet entend participer à l’amélioration de la situation socioéconomique des familles et à l’inscription durable des filles dans leurs parcours éducatifs.

 

L’association porteuse du projet

Futur Au Présent – International (FAP), association franco-sénégalaise créée en 2012, se donne pour mission principale la lutte contre la pauvreté et les inégalités. Ses programmes sociaux sont préparés en amont par des travaux de recherche et cofinancés en partie par des activités économiques de développement.

Elle vise aujourd’hui à répliquer son action sur d’autres territoires en Afrique et en Europe, afin de lutter contre la pauvreté selon une approche qui prend en compte la dimension globale du phénomène.

La pauvreté et les inégalités sont des phénomènes multidimensionnels : l’avenir d’un enfant, par exemple, dépend d’une scolarité régulière, une scolarité régulière dépend de sa santé, sa santé dépend du logement où il vit. Chaque dimension affecte les autres. C’est la raison pour laquelle FAP travaille dans ses programmes, selon une démarche globale en intervenant simultanément dans ces différents domaines.

Au Sénégal, outre le projet de la MDE, FAP met en oeuvre les programmes suivants : un projet sur l’employabilité et la formation des jeunes en Casamance vise à former et placer en apprentissage des jeunes en décrochage scolaire issues des populations les plus défavorisées ; un projet d’accompagnement social et d’insertion socio-économique des personnes détenues intervient dans 6 maisons d’arrêt et de correction sénégalaises, auprès notamment de femmes et mineurs.

En France, et forte de sa double identité, FAP élabore des programmes visant à répondre à des problématiques appelant des réponses co-construites entre le Nord et le Sud telles que le développement durable et les migrations. Les projets en cours sont les suivants : le projet SNAP permet d’aborder le développement durable en mettant en lien des classes françaises et sénégalaises afin d’encourager des échanges sur les inégalités environnementales tout en promouvant la solidarité internationale ; le projet Passer’Aile est quant à lui structuré autour de la question des migrations. Il vise à renforcer l’accompagnement social des Mineurs Non Accompagnés (MNA) ouest-africains par la coopération et l’échange de pratiques entre acteurs sociaux ouest-africains et français.

 

Utilisation des dons

Sur un projet comme la MDE, les dons comme les subventions perçues contribuent au financement des activités suivantes :

  • L’encadrement quotidien assuré par les enseignants et éducateurs sociaux
  • L’inscription à l’école publique
  • L’achat des fournitures scolaires
  • L’organisation des activités culturelles, sportives et artistiques
  • L’achat des outils et supports pédagogiques
  • La prise en charge des frais de santé et d’alimentation
  • Les dépenses liées à l’amélioration des conditions de vie et de l’habitat des familles

  

Chiffres clés

  • 120 filles accompagnées dans le cadre de la MDE.
  • 97% des 120 filles sont toujours inscrites à la MDE à la fin de chaque année scolaire
  • 100% des filles ont gagné en confiance en elles et osent s’exprimer et débattre
  • 90% des parents sont sensibilisés aux vertus de l’éducation et sont actifs dans l’autonomisation de leur enfant.
  • 100% des filles accompagnées comprennent leurs droits en tant qu’enfant et en tant que femme

-> PROJET SOUTENU EN 2021-2022

Montant du don : 5000€

Tous les mois, un concentré d’optimisme et d’inspiration venu des quatre coins du monde dans votre inbox ! Ça vous dit ? C’est par ici …