Notre campagne de crowdfunding pour le lancement de notre premier magazine papier arrive très bientôt sur KissKissBankBank…Stay Tuned !

La digitalisation, la solution à court-terme pour maintenir son impact au temps du Covid

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

La digitalisation, la solution à court-terme pour maintenir son impact au temps du Covid

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

WAPA – War Affected People’s Association, est l’un des projets soutenus par notre fonds de dotation Azickia dans le cadre de nos activités de financement de projets solidaires. Pour rappel, WAPA lutte contre l’utilisation d’enfants dans les conflits armés et pour leur réinsertion au sein de communautés renforcées. L’association travaille avec des partenaires locaux et est déjà active en Ouganda, au Sri Lanka et en Colombie. Le projet plus spécifique soutenu par Azickia est celui de réinsertion par l’art-thérapie en Colombie, en partenariat avec l’association locale Proyectarte.

 

WAPA

L’association WAPA, comme tant d’autres dans le secteur de la solidarité, n’a pas échappé aux difficultés liées à la COVID-19 et aux conditions sanitaires strictes imposées par le gouvernement belge : en effet, d’importants événements de récolte de fonds ont dû être revus à la baisse, voire annulés, les bureaux ont été fermés temporairement, les projets sur place ont été chamboulés et adaptés. Éloigné.e.s physiquement, il était impératif de maintenir du lien entre les collègues, avec ses partenaires locaux et les participants de ses projets. Les clés en ces temps secoués : résilience et digitalisation !

 

Explorer le monde à travers son écran

Pendant le premier confinement, le numérique nous a permis de rester en contact et – pour la majorité d’entre nous – de pouvoir maintenir une activité professionnelle. Pour les associations et organisations qui œuvrent sur le terrain, loin de leur siège social, les outils en ligne se sont avérés indispensables pour maintenir leurs actions mais aussi pour continuer leur développement et étendre leur impact. Pour WAPA, le projet de continuer ses actions dans un nouveau pays, la République Démocratique du Congo, n’a pas été remis en cause par le confinement, mais adapté grâce au numérique.

Depuis déjà de nombreuses années, WAPA a à cœur de démarrer une collaboration avec un partenaire local congolais (RDC) pour soutenir des jeunes démobilisés de groupes armés à l’est du pays. L’association avait prévu de s’envoler pour le Kivu, d’abord début juillet, mission reportée; puis en octobre, encore reportée.

Face à toutes ces incertitudes, WAPA a décidé d’organiser pour la première fois une mission virtuelle avec une série de partenaires potentiels. L’association appliquera les mêmes critères de sélection qu’avant, à ceci près que tout se décidera sur la base de visites et d’entretiens virtuels. Dès que cela s’avèrera possible, les responsables WAPA du projet Congo se rendront sur place pour confirmer les premières impressions et premiers choix stratégiques.

Au programme : rendez-vous en ligne avec les responsables des projets – aussi bien l’équipe que le conseil d’administration et les bénévoles, les bénéficiaires des programmes, et toutes les autres parties prenantes du projets. WAPA en profite également pour rencontrer des responsables locaux et des responsables d’organisations internationales présentes dans la région. Les différentes organisations rencontrées au cours de la semaine sont évaluées sur le même mode d’évaluation que lors d’une mission traditionnelle : les valeurs communes, la pertinence du projet par rapport à la mission de WAPA, les ressources administratives et logistiques locales, la situation géographique, la transparence des comptes, les capacités de communication etc..

L’objectif reste le même : rencontrer LE partenaire local avec qui WAPA va pouvoir mener des programmes durables à destination des enfants utilisés dans les groupes armés, pour une prise en charge la plus complète possible… le plaisir du voyage et de la rencontre culturelle en moins.

Si WAPA fait ce choix de la mission exploratoire, c’est parce que l’organisation a l’intime conviction que le travail réalisé sur place avec les ex-enfants soldats est urgent, essentiel et manque pourtant d’un cruel manque de fonds. A suivre donc…

 

Digitalisation du matériel pédagogique

En plus de ses missions terrain et de levée de fonds pour ces partenaires locaux, WAPA mène également des actions de plaidoyer (la pétition #SIGN4WING, la création de la plateforme WING, les rencontres avec les représentants politiques,…) et de sensibilisation (le WAPA live, la campagne “Essentiel”, …) auprès de différents publics.

WAPA et la Croix-Rouge de Belgique organisent notamment ensemble des animations dans les écoles secondaires de Belgique francophone sur la question des enfants soldats. Pour faire face à la crise, ils ont travaillé à la création d’une formule digitale de l’outil éducatif.

Les professeurs pourront désormais s’emparer directement du matériel (visuels, planches de BD, articles de presse, contes, vidéos, photos), en suivant le déroulé de l’animation pour faire réagir les élèves, et les faire réfléchir à des pistes de solutions et d’actions sur la thématique.

Par exemple, grâce à l’outil “Ma dignité, c’est…”, les élèves sont invités à réfléchir à ce qui fait d’eux des citoyens dignes, en construisant le mur de la dignité : chaque brique du mur représente un élément clé de la dignité : accès à la santé, à l’éducation, avoir un foyer, se sentir en sécurité physique, même avoir internet pour certains…. Ces différentes notions seront réutilisées plus tard dans l’atelier pour parler de l’importance de la protection des enfants dans les conflits armés et du DIH (Droit International Humanitaire).

WAPA et la Croix-Rouge proposent également aux professeurs un échange direct entre les élèves et les animateurs Croix-Rouge et WAPA via vidéoconférence (Zoom, Skype,…) pour que les étudiants puissent poser toutes les questions qu’ils souhaitent et que les animateurs puissent partager des expériences de terrain. On espère que la même magie opérera !

 

Zoom sur : Les tutos d’art-thérapie en Colombie

Maintenir les séances d’art-thérapie en plein confinement en Colombie s’est également très vite avéré être un challenge de taille. En effet, durant le confinement, les enfants accueillis dans les centres de réhabilitation n’ont pas la possibilité de voir des personnes de l’extérieur. Il est donc impossible pour les animateurs des séances d’art-thérapie d’aller donner les ateliers. A Cali, la coordinatrice du projet, Edna et l’artiste, Juan Camillo, ont lancé des séances à distance via Skype, additionnées à des tutoriels pour les parties artistiques. Ils ont également passé des appels aux jeunes pour prendre de leurs nouvelles, comprendre leur ressenti, partager les difficultés du confinement. Privés de toute autre activité, les jeunes se sont sentis enfermés et ont commencé à s’ennuyer. Ils ont vu, grâce à ces rendez-vous artistiques, une opportunité de s’évader psychologiquement.

Bien sûr, aussi bien pour le travail en équipe chez WAPA que pour les rencontres avec les partenaires locaux, les ateliers de sensibilisation ici en Belgique ou pour les ateliers d’art-thérapie en Colombie, rien ne remplacera jamais le contact humain et l’échange humain en « direct ».

Néanmoins, à période exceptionnelle, WAPA tente de trouver des solutions temporaires ou à moyen terme pour pouvoir maintenir ses activités. Dès que d’autres options seront possibles, l’équipe analysera les « best practices » en termes de digitalisation et reprendra la route vers ses partenaires, les participants de ses programmes, les étudiants, … dès que possible.

 


 

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Découvrir plus d'articles

Tous les premiers vendredis du mois, un concentré d’optimisme et d’inspiration venu des quatre coins du monde dans votre inbox ! Ça vous dit ? C’est par ici …