Notre campagne de crowdfunding pour le lancement de notre premier magazine papier arrive très bientôt sur KissKissBankBank…Stay Tuned !

LiFi-Led, une alternative pour améliorer l’accès à internet & à l’éducation en Afrique

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

LiFi-Led, une alternative pour améliorer l’accès à internet & à l’éducation en Afrique

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Aujourd’hui, ce sont plus de 800 millions de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à l’électricité, dont 50% vivent en Afrique subsaharienne. Et plus de 60% sur tout le continent qui n’ont pas accès à internet en haut débit. Au delà des inégalités frappantes en termes d’infrastructures et d’accès à l’information que ce manque induit et son impact négatif dans des sphères extrêmement variées, ces inégalités d’accès représentent aussi un handicap sur le long terme pour les plus jeunes générations. La fracture numérique creuse les écarts sur le plan scolaire et ternit leurs perspectives.

Pour ouvrir leurs horizons, un entrepreneur ivoirien a mis au point une solution qui repose sur la Li-Fi : le transfert de données par la lumière. Le principe : partout où il y a de la lumière, il y aura internet.

 

La Li-Fi, qu’est ce que c’est ?

Concrètement la LiFi – Light Fidelity – transporte les données via des ondes lumineuses. Un émetteur, une ampoule par exemple, émet et module des ondes lumineuses visibles ou non. Comme un signal MORSE. Un récepteur, branché à un second terminal, capte et déchiffre ces modulations. En théorie, c’est exactement le même principe qu’avec la Wi-Fi, seule la nature des ondes utilisées change.

Cette technologie en est encore à ses débuts mais elle offre des perspectives intéressantes. Les tests réalisés dans des conditions de laboratoire laissent entrevoir un débit potentiel bien plus élevé que la Wi-Fi. La sécurité des réseaux retient notamment l’attention des entités gouvernementales ou à contenu sensible, car la lumière ne traverse pas les murs, ce qui limite les risques d’intrusion. “La connexion Li-Fi n’est par exemple opérationnelle que dans la limite du cône de lumière que projette l’éclairage généralement situé au plafond afin d’offrir une couverture la plus large possible”. Cette caractéristique spécifique permet aussi de créer des réseaux distincts, par pièce, sans interférences entre eux – Interférences entre réseaux qui sont habituellement à l’origine de la majorité des problèmes de débit, avec la multiplication des usagers en ville notamment.

Prudence toutefois, la Li-Fi n’est pas une solution miracle qui vise à remplacer la Wi-Fi, la 4G ou la 5G. Cette technologie a ses propres limites et son développement n’est encore qu’embryonnaire. En bref, elle présente un complément intéressant aux solutions existantes et particulièrement pour des applications ou des marchés spécifiques.

 

LiFi-Led, la technologie au service du développement rural et de l’éducation

L’une de ces applications est d’apporter internet dans des zones enclavées à moindre coût. Ange Frédérick Balma en a fait sa mission. Avec sa start up LiFi-Led, il a conçu une solution qui emploie la lumière pour électrifier et connecter les villages africains. Son installation consiste en un poteau équipé de panneaux solaires et d’une borne Li-Fi. L’électricité produite par les panneaux alimente la borne. Celle-ci redistribue ensuite internet par rayonnement lumineux dans une zone définie du village : une salle commune, le dispensaire, l’école ou un point extérieur central et accessible à tous. L’utilisation de la lumière est au coeur du dispositif, celle du soleil dans un premier temps pour fournir l’énergie, celle des LED ensuite pour le transfert de données.

 

“Il faut réduire la fracture numérique et énergétique en Afrique.” A.F. Balma, Fondateur LiFi-Led

 

Le coût de cette infrastructure “low cost” s’élève tout de même à 7 600€ environ, ce qui n’est pas négligeable. Pour réduire la facture au maximum, LiFi-Led propose aux villages de collecter leurs plastiques recyclables pour s’en servir de matière première dans la conception des poteaux entre autres.

Derrière cette avancée technologique, le projet global est le développement rural et le désenclavement. Dans un premier temps, cette initiative vise à combler la fracture numérique et à améliorer les conditions de vie locales. A plus long terme, elle pourrait freiner l’exode vers les villes et encourager l’aménagement des territoires excentrés.

Pour Ange Frédérick Balma, l’éducation reste au coeur de ce grand projet. Il a donc tenu à y intégrer une dimension pédagogique.

 

Quel impact pour les plus jeunes générations ?

En plus de son rôle de fournisseur d’électricité et d’accès à internet, LiFi-Led se veut plateforme d’échange de contenu pédagogique. Grâce à un accord conclu avec Konnect Africa, LiFi-Led propose par exemple un forfait d’une quinzaine d’euros par mois comprenant l’accès à l’éclairage, l’accès à internet et à du contenu multimédia. Des formations à distance, en visio-conférence, sont notamment proposées à des agriculteurs, pour leur permettre d’améliorer leurs rendements et d’échanger des bonnes pratiques pour valoriser leurs productions. Les médecins trouvent assistance sur des questions médicales spécifiques et les enseignants ont eux accès à des ressources pédagogiques pour faciliter leur travail. Le véritable impact reste cependant pour les plus jeunes générations.

Pour eux, la fracture numérique a déjà un triple impact négatif. Premièrement, les programmes scolaires sont difficilement mis à jour, ce qui les poussent parfois à suivre le rythme des livres scolaires et cahiers disponibles plutôt que celui fixé par le Ministère de l’Education. Par ailleurs, les jeunes n’ont pas accès aux actualités, aux programmes culturels ou aux forums qui pourraient stimuler leur curiosité, susciter de nouveaux centres d’intérêts ou d’éventuelles vocations. Enfin, ils ne grandissent pas au contact de la “culture numérique”.

Le caractère bénéfique ou non de ce dernier aspect est évidemment discutable et subjectif, tant il porte à débat. Toutefois, il est indéniable qu’il conditionne actuellement l’intégration à certains tissus économiques. Sans cette culture et cet accès à une information et un contenu élargi, ce sont tous les métiers du numérique qui deviennent hors de portée – un pan entier de l’économie et du marché de l’emploi devient inaccessible.

En plaçant l’échange et l’éducation au coeur de sa démarche, LiFi-Led propose une solution concrète et multifacette aux problématiques des divers acteurs du développement rural en Afrique.

Ce qui est ici particulièrement intéressant, c’est cette vision de la start-up qui englobe les deux aspects de la fracture numérique : l’accès physique à la technologie et l’intérêt du service, c’est à dire l’accès à l’information. D’une part, LiFi-Led met en place les infrastructures qui garantissent la connexion, et d’autre part, elle accompagne les initiatives de mise en commun des ressources pédagogiques. Sans oublier la dimension développement durable intégré dans la construction de ces infrastructures et dans l’utilisation de lampes LED, peu consommatrices en énergie. Ainsi, comme l’explique Ange Frédérick Balma, “LiFi-Led apporte une égalité des chances face à l’information.”

LiFi-Led compte aujourd’hui déjà plus de 25 000 utilisateurs abonnés à travers la Côte d’Ivoire, Madagascar, la Centrafrique, le Libéria et le Burkina Faso.

 


A travers ces Stories, Azickia vise à mettre en avant des initiatives à impact social, en France et dans le monde, et cela sans adhérer pour autant à toutes les opinions et actions mises en place par celles-ci. Il est et restera dans l’ADN d’Azickia de lutter contre toute forme de discrimination et de promouvoir l’égalité pour tous.

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Découvrir plus d'articles

Tous les premiers vendredis du mois, un concentré d’optimisme et d’inspiration venu des quatre coins du monde dans votre inbox ! Ça vous dit ? C’est par ici …